Que se passe-t-il durant le bilan de compétences ?

Aglaé ne savait plus où elle en était ! Elle a réalisé un bilan professionnel et personnel.

 
Voici maintenant ce qu'il vous arrivera si vous entreprenez un bilan professionnel et personnel.
C'est un peu plus long, mais pas possible pour moi de raconter le déroulement d'un bilan en 3 lignes.
Alors merci déjà à vous qui lirez cet article.
Que risquez-vous en faisant un bilan de compétences ?
Avec un brin d'humour...au pire vous en aurez découvert plus sur vous-même et de nouvelles pistes pour votre vie future, voire vous aurez entamé un nouveau projet !
 
Quoiqu'il en soit, au début, c'est l'inconnu ! 
A travers l'histoire d'Aglaé, je vais vous raconter comment le bilan se déroule. Si le prénom est fictif, l'histoire est vraie, et de nombreuses personnes traversent une situation similaire ou s'y sont déjà trouvées.
 
Aglaé ne savait plus où elle en était et elle se sentait perdre les pédales !   
Totalement désemparée, elle ne savait plus comment se sortir d'une situation dont les aspects négatifs commençaient à prendre le dessus sur ce qu'elle vivait positivement jusqu'à quelques mois d'ici.
 
Dans l'entreprise où elle exerce une fonction qu'elle a longtemps beaucoup appréciée, elle se sent, depuis maintenant plusieurs mois, mise sous une pression presque extrême et quasi quotidienne par son manager.
De plus en plus de tâches lui sont attribuées, à réaliser en un temps de plus en plus court...l'ambiance est tristounette et les perspectives d'avenir de plus en plus floues, voie inexistantes. 
Le stress s'en mêle malheureusement il poursuit Aglaé sans relâche, même dans sa vie privée.
 
Vous avez déjà entendu ça, non ?
 
L'inconfort d'Aglaé est devenu insupportable - car oui, souvent on attend d'en arriver là avant de prendre les choses vraiment en main - et elle finit par prendre rendez-vous.
Le but de cette première rencontre ? Faire connaissance, et surtout décider si travailler ensemble nous convient à toutes les deux. Car plonger dans un bilan de compétences exige une relation de confiance. Pour la personne en bilan, se sentir accueillie et soutenue avec bienveillance dans sa démarche est une nécessité. Pour moi qui mène le bilan, être sûre son implication et de sa participation active est indispensable. La passivité n'a pas sa place en bilan professionnel et personnel. 
Aglaé est convaincue et décide de commencer le chemin de son bilan pro-perso, le rendez-vous suivant est fixé.
 
Lors de la deuxième rencontre, qui dure environ 2 heures 30, tout commence par déterminer avec clarté ce qu'Aglaé souhaite avoir atteint à la fin de son parcours de bilan professionnel et personnel, son objectif si vous préférez.
S'ensuit une conversation ouverte qui amène Aglaé à repérer et explorer les grands carrefours et événements qui ont balisé son trajet jusqu'à sa situation actuelle.
Nous parlons d'elle, de son entourage, de ses compétences, de ses craintes, de ce qui lui manque, de ses désirs, de ses souhaits, de ses ressources, de ce qu'elle ne sait pas...d'elle et de sa vie, car c'est bien de cela qu'il s'agit, sa vie.
Avant de nous quitter, Aglaé écrit un texte à la main...car, oui, je suis aussi graphologue et l'analyse de son écriture, dont nous discuterons les résultats ensemble, sera un apport ultra précieux.
 
La rencontre suivante est consacrée en partie à répondre par écrit à des questionnaires choisis en fonction de la situation particulière d'Aglaé. Les réponses font bien entendu l'objet d'un dialogue entre nous. Tout comme la restitution que je lui fais de l'étude de son écriture.
Le but ? Éclairer encore le parcours d'Aglaé, qui elle est, ce qu'elle aime vraiment ou pas du tout, les valeurs auxquelles elle tient, qui sont partie intrinsèque de sa vie, celles qu'elle rejette à tout jamais, ses souhaits pour demain, ce sur quoi elle veut agir
Les questionnaires que j'utilise sont le résultat de mes réflexions étalées sur plusieurs années de pratique du bilan de compétences. Ma manière de mener un bilan de compétences est intimement liée à mon expérience de coach. Ce sont ces raisons qui m'ont amenée à lui préférer le nom de bilan professionnel et personnel.
 
La séance suivante a pour objectif de faire le point après les trois séances précédentes, voir ensemble où en est Aglaé à ce stade et cerner les pistes qui se dégagent pour elle.
Cet entretien clôture la première phase du bilan d'Aglaé qui se sent plus sereine parce que sa vision de ce qu'elle vit est nettement plus claire et qu'elle commence à sérieusement envisager de suivre une formation dans un domaine qui lui plaît vraiment, auquel elle pense depuis un bout de temps déjà.
C'est ce qu'elle me dit lors de notre débriefing et elle décide de continuer son bilan, c'est-à-dire réaliser la phase 2.
 
Le début de cette seconde phase a consisté à mieux définir ce vers quoi elle voulait aller...sa formation (où, quand, comment), et après. En faire quoi ? Un job ? Un hobby ?
Comment se passe la deuxième partie du bilan pro-perso ? Je vous le raconterai bientôt...suivez le blog ! Ou allez déjà voir sur le bilan pro-perso de Coaching-Impact.  
Juste encore quelques mots. Pourquoi un bilan en deux phases ? 
C'est très simple, la phase 1 pour faire le point complet de la situation et en dégager des pistes.  Et certaines personnes préfèrent s'arrêter ici. La phase 2 pour définir et explorer les pistes révélées par la première phase, et se projeter dans la mise en route du nouveau projet à mettre en oeuvre. 
Grand merci à vous qui avez lu cet article jusqu'ici, et j'espère qu'il vous a intéressé.
Tous vos commentaires et questions sont les bienvenus, et j'y répondrai.
Tessa Dagnely

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0